Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Scotty Moore est mort

Complice d’Elvis Presley, l’un des plus grands mais surtout influents guitaristes de rock’n’roll de tous les temps s’est éteint à l’âge de 86 ans.

Par Marc Zisman | Chers disparus | 30 juin 2016
Réagir
Qobuz

Scotty Moore est décédé le 28 juin 2016. Un chanteur, un guitariste. La liste des binômes magiques de l’histoire du rock est sans fin. Mais celui-ci a simplement l’avantage d’être le premier. Le tout premier même. Scotty Moore et Elvis Presley. La voix du second est un Saint Graal qui n’aurait guère la même saveur sans la guitare du premier. Celui qui s’est donc éteint chez lui à Nashville a croisé la route de celui qui deviendra Dieu un 4 juillet 1954. Moore jouait avec un groupe country, Doug Poindexter et ses Starlite Wranglers, dans les studios Sun. Le maître des lieux, Sam Phillips, lui demande d’épauler un tout jeune chanteur. Elvis débarque chez Scotty. Le bassiste des Starlite Wranglers, Bill Black, les rejoint. Et le trio s’amuse à interpréter diverses chansons. Le guitariste dira à Phillips ne pas être bouleversé par le futur King, mais trouve sa voix tout de même intéressante à être gravée dans la cire. Les trois hommes se retrouvent le lendemain soir au studio Sun et enregistrent That’s All Right d’Arthur Crudup, ainsi qu’une version rockabilly de Blue Moon Of Kentucky pour la face B du single. La suite deviendra l’Histoire, avec un (très) grand H…



Le son de la guitare de Scotty Moore est alors brutal et cru au possible. Ses accords ponctuent les phrases du jeune King et ses solos furieux innovent comme jamais. Un finger picking hérité de la country music de Chet Atkins mêlé à un phrasé blues qu’il développe en contrepoint de la voix de son maître qu’il ne cherche jamais à couvrir, ni à provoquer. « On ne savait pas qu’on était en train de créer quelque chose de nouveau, dira-t-il bien plus tard. On essayait juste de faire quelque chose avec un angle un peu différent de ce qui se faisait alors sur le marché… » Il avait débuté la guitare vers 8 ans, mêlant rapidement country, blues et jazz. Il vénère alors Tal Farlow. Un style qui influencera à peu près tous les guitaristes de l’histoire du rock sans exception. De Keith Richards à George Harrison en passant par Jeff Beck, Jimmy Page ou Mark Knopfler, qui ne s’est pas prosterné devant Saint Moore? Un Keith Richards qui dira même : « Tout le monde voulait être Elvis mais moi je voulais être Scotty ! »



En 1955, Scotty Moore et Bill Black sont rejoints par le batteur D. J. Fontana. Un triumvirat qui gravera plus de 300 chansons avec Elvis pour Sun Records puis pour RCA. Heartbreak Hotel, Don’t Be Cruel, Mystery Train, Good Rockin’ Tonight, Hound Dog, la liste est infernale et insurpassable.



Né le 27 décembre 1931 à Gadsden dans le Tennessee, Scotty Moore jouera les grands frères protecteurs d’un Elvis très proche de ses trois musiciens… Au début des années 60, il travaillera chez Sun à Memphis et à Nashville aux côtés de Sam Phillips qui le renvoie en 1964, vexé que le guitariste ait publié chez Epic un album instrumental de tubes d’Elvis intitulé The Guitar That Changed the World ! Il enchainera les piges aux côtés de diverses stars (Dolly Parton, Ringo Starr…). En 1968, il réapparait aux côtés du King pour son comeback special sur l’antenne de NBC mais ne le suivra pas dans sa dernière période à Las Vegas, la guitare étant alors tenue par l’autre grande gâchette du King, James Burton… Scotty Moore rangera son instrument qu’il ressortira durant les années 90 pour tourner avec d’autres légendes du rockabilly comme Carl Perkins.

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters