Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Shahin Novrasli, entre Bakou à New York

Adoubé par Ahmad Jamal, le pianiste azéri fait de nouvelles étincelles...

Par Max Dembo | Vidéo du jour | 12 avril 2017
Réagir
Qobuz

L’Azerbaïdjan n’est pas la terre jazz la plus réputée. Mais depuis l’arrivée de Shahin Novrasli, ce pays du Caucase se conjugue à merveille à la note bleue. Pianiste et compositeur qui jouait à seulement 18 ans le Concerto n°2 de Rachmaninov, ce virtuose qui fut révélé au disque en 2014 grâce à (feu) le label Bee Jazz avec l’album Bayati (avec Nathan Peck et Ari Hoenig) mélange son éducation classique au jazz et surtout au mugham, genre traditionnel et savant de la musique azérie qui laisse une place prépondérante à l’improvisation. Une façon bien à lui de tendre des ponts entre Orient et Occident. Surtout, Novrasli a été adoubé par un certain Ahmad Jamal, comme un signe divin pour n’importe quel pianiste de jazz… Avec Emanation qui parait l’année de ses 40 ans sur le label Jazz Village, Shahin Novrasli franchit un nouveau cap dans la maîtrise de son art et de sa fascinante sémantique. Un album qu’il a réalisé avec James Cammack, éternel complice de Jamal, à la basse, l’incontournable André Ceccarelli à la batterie, le Géorgien Erekle Koiva aux percussions et, invité sur deux titres, Didier Lockwood au violon. Désormais installé à New York, le pianiste de Bakou poursuit son corps à corps entre jazz et tradition azérie avec ce disque enregistré à Paris et qu’il a produit avec l’aide d’Ahmad Jamal. « L’avoir rencontré est événement le plus important qui me soit arrivé, n’hésite-t-il pas à dire. C’est l’un de mes héros et jamais je n’aurai pu imaginer qu’il s’intéresse à mon travail et à ma musique, et que l’on puisse un jour se rencontrer et discuter ensemble, en parlant aussi bien de musique, que de philosophie, de spiritualité, et de tant d’autres choses. Ahmad est un homme d’une grande sagesse qui a une formidable expérience et je dois dire que j’ai suivi à la lettre toutes ses idées et toutes ses suggestions. » L’esprit de la musique d'Ahmad Jamal est logiquement à portée de main sur ce superbe Emanation. Comme celle de Keith Jarrett, autre influence de Novrasli. Mais c’est l’originalité de la démarche de ce vrai prodige qui rend ce disque à part.



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters