Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Real Estate, pop d'orfèvre

Le 4e album des experts de l'élégance...

Par Max Dembo | Vidéo du jour | 18 mars 2017
Réagir
Qobuz

Toujours lovée dans une pop seventies douce mais jamais niaise, la musique de Real Estate trouvait avec Atlas, troisième album publié en 2014, une épaisseur d’écriture inédite. Comme chez ses aînés des Byrds, des Smiths, de Yo La Tengo, Galaxie 500 ou des Shins, le groupe du New Jersey peaufinait ici ses arpèges et ses mélodies dans une quête effrénée de la pop song parfaite. De prime abord, l’exercice pouvait sembler vain mais au fil des écoutes, les compositions de cet Atlas s’immisçaient dans l’inconscient de l’auditeur pour ne plus en bouger. Car derrière sa simplicité de façade et ses airs de ne pas y toucher, ce disque était de toute beauté… Trois ans plus tard, on retrouve Martin Courtney, Alex Bleeker, Jackson Pollis, Matt Kallman et Julian Lynch (qui remplace désormais Matt Mondanile) pour In Mind tout aussi délicieux. Enregistré à Los Angeles avec le producteur Cole M.G.N. (Beck, Snoop Dogg, Julia Holter), ce quatrième album est un nouveau sommet d’arrangements élégants et de mélancolie réfléchie. Sans remettre en question ses valeurs, Real Estate s’applique à les peaufiner. De la pop d'orfèvre hautement élégante en quelque sorte...





Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters