Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Leon Ware est mort

Le producteur et chanteur de soul célébré pour son travail sur "I Want You" de Marvin Gaye s’est éteint à l’âge de 77 ans.

Par Marc Zisman | Chers disparus | 24 février 2017
Réagir
Qobuz

Leon Ware qui vient de mourir le 23 février 2017 avait le mérite de bien cerner son personnage comme son art : « Mon esprit et mes oreilles terminent toujours dans la chambre à coucher… »

L’histoire a retenu essentiellement deux faits d’arme de ce torride maître soul de l’ombre. Sa participation (écriture et production) au chef d’œuvre de Marvin Gaye I Want You et son album solo publié chez Motown en 1976, Musical Massage, au moins connu pour sa pochette, l’une des plus chaudes de tout l’univers, de tous les temps, de toutes les galaxies… Un disque marchant sur les brisées humides de son ami Gaye mais qui fut un échec commercial à sa sortie avant d’être heureusement réévalué lors de sa réédition des années plus tard…



Avant ces chocs du milieu des années 70, ce natif de Detroit n’aura guère chômé comme compositeur et producteur, ses deux passions. Qui dit Detroit dit évidemment Motown où Leon Ware œuvrera en tant qu’auteur dès 1966, pour Tell Me I'll Never Be Alone de Martha & The Vandellas qu’il co-signe avec William Weatherspoon. Son CV enquille les noms prestigieux des Isley Brothers (Got to Have You Back), des Jackson 5 (2-4-6-8) mais aussi, hors Motown, d’Ike & Tina Turner, Johnny Nash, Nancy Wilson, Merry Clayton, Bobby Womack, Edwin Starr, Ronnie McNeir ou bien encore Gary Barz. C’est lui encore qui compose I Wanna Be Where You Are de Michael Jackson en 1972.

Cette même année, Ware publie enfin son premier album solo sur United Artists Records. Sobrement baptisé Leon Ware, c’est un échec commercial et le musicien repart piger à droite, à gauche, pour Donny Hathaway, les Miracles, Willie Hutch, Third Creation, l'Average White Band, Isaac Hayes, Leon Thomas, Gladys Knight & The Pips, Jr. Walker, Stanley Turrentine et quelques autres. Un travail qui arrivera jusqu’aux oreilles d’un certain Quincy Jones qui décide d’enregistrer trois de ses chansons, Body Heat, One Track Mind et If I Ever Lose This Heaven, pour son album Body Heat qui parait chez A&M Records en 1974. Un travail qui l’aide à remplir son carnet de commandes pour l’Average White Band à nouveau mais aussi Minnie Riperton.

Lorsqu’il lui reste un peu de temps, Leon Ware travail à son deuxième album qu’il espère publier sur Motown. L’une des démos, I Want You, arrive aux oreilles du patron et fondateur du label, Berry Gordy, qui imagine la chanson dans la bouche de Marvin Gaye. Non seulement celui-ci est intéressé mais décide d’intégrer dans son prochain album d’autres compositions de Ware. Ainsi nait I Want You, le seizième album de Marvin Gaye qui parait en mars 1976. Reste à l’homme de l’ombre de repartir au charbon pour accoucher de son second album…



Celui-ci sortira quelques mois plus tard, comme convenu sur le label de Gordy. Malgré ses grandes qualités, Musical Massage ne rencontrera pas le succès escompté, Leon Ware regrettant que Motown n’ai pas réellement investi dans sa promotion… Sa carrière reprendra sur un rythme identique, les travaux de compositions et de production (Maxwell, Gato Barbieri, Jerry Bitler, Parliament, Marlena Shaw, Thelma Jones, Less McCann, Rufus & Chaka Khan, Gene Page, Nancy Wilson, Deodato, les Spinners, James Ingram, Con Funk Shun, Mica Paris…) seront parfois interrompus pour d’autres albums solos ne suscitant eux aussi que peu d’intérêt (Inside Is Love en 1979, Rockin’ Your Eternally en 1981, Leon Ware en 1982, Undercover en 1987, Taste The Love en 1995, Candlelight en 2001, Love's Drippin en 2003 et A Kiss In The Sand en 2004.

Avec la réédition de Musical Massage, son aura refait légèrement surface au point que le label Stax ressuscité le signe pour un ultime album, Moon Ride. Comme nombre de ses contemporains, Leon Ware bénéficiera de royalties en provenance des nombreux samples de ses disques par des rappeurs comme 2Pac, Das EFX, Curren$y, De La Soul, Compton's Most Wanted, Mobb Deep, Ras Kass, 2 Chainz, Xzibit, Gang Starr et encore Pete Rock.

ÉCOUTEZ NOTRE PLAYLIST LEON WARE :




Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters