Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture !

Bernard Parmegiani est mort

Acteur majeur de la musique électroacoustique et membre du GRM entre 1960 et 1992, le compositeur Bernard Parmegiani s’est éteint à l’âge de 85 ans.

Par Max Dembo | Chers disparus | 22 novembre 2013
Réagir
Qobuz

Bernard Parmegiani est décédé le 21 novembre 2013. Considéré comme l’un des pères de la musique électroacoustique, cet ancien du GRM qui signa notamment de nombreux opus ainsi que des musiques de films, des musiques pour chorégraphies, des jingles et des musiques de scène était âgé de 85 ans. Une personnalité dont l’influence touchera même de nombreux acteurs contemporains de la scène electro et qui aimait déclarer : « Je considère le son comme un être vivant »

« Le monde de la musique électroacoustique est en deuil avec la disparition d'une de ses figures emblématiques et un de ses pères fondateurs », a déclaré dans un communiqué le PDG de l'INA Mathieu Gallet. Il a exprimé sa « fierté » que l'institut ait « aidé à construire sa mémoire pour les générations futures » en publiant un coffret de douze CD de ses œuvres en 2008. « Son influence musicale a traversé plusieurs générations de mélomanes et de musiciens et il est aujourd'hui considéré comme l'un des pionniers et maître du genre électroacoustique », écrit-il.

Né le 27 octobre 1927, Bernard Parmegiani apprend la prise de son au service cinéma des armées. En 1960 alors qu’il est ingénieur du son à la télévision française, il croise la route d’un certain Pierre Schaeffer qui lui propose la même fonction au GRM (Groupe de Recherches Musicales). Là, il y assiste alors Yannis Xenakis, François-Bernard Mâche et Luc Ferrari. Ce même Schaeffer l’incite à suivre le stage durant trois années à la suite desquelles il deviendra chargé de recherches, et lui confie également la réalisation d’une musique de film, ce qui lui permettra d’expérimenter certains procédés de composition. Parmegiani devient alors responsable du secteur des Musiques d’Application.

En 1962, Bernard Parmegiani participe au concert collectif qui allait ainsi réunir onze compositeurs du GRM. L’événement eut lieu en mars 1962. Le violoniste Devy Erlih ayant assisté au concert lui propose la composition d’une pièce mixte, violon/bande. Ce fût Violostries créée deux ans plus tard. Ce fut aussi le réel point de départ de la carrière de Bernard Parmegiani qui réunit soixante-dix-huit opus auxquels s’ajouteront vingt-sept musiques de films, quatorze musiques pour chorégraphies, douze musiques de scène, douze indicatifs radio, trente-trois musiques pour la télévision films/émissions dramatiques/documentaires… En 1992, il quitte le GRM et crée son propre studio Fabriquasons. Sa création la plus connue du grand public fut sans doute le jingle de l'aéroport Roissy Charles de Gaulle, utilisé entre 1971 à 2005…

Son travail a été copieusement récompensé : Grand Prix du disque en 1979, Grand Prix des Compositeurs de la SACEM en 1981, Victoire de la musique en 1989, Prix Magisterium du Concours International de Bourges en 1991 et Chevalier de l’ordre du mérite cette même année, Prix « Golden Nica » de Ars Electronica de LINZ en 1993, Coup de Cœur de l’Académie Charles Cros pour Portrait Polychrome en 2003, Prix du Président de la République de l’Académie Charles Cros pour le coffret comportant une grande partie de son œuvre en 2008, etc.

Le site officiel de Bernard Parmegiani

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters