Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

QIBUZ / Lundi 4 décembre 2017

Confidences, news cocasses, bruits de couloirs, brèves de comptoir et buzz en tous genres : chaque lundi, QIBUZ zoome sur l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?

Qibuz Lundi | 4 décembre 2017
Réagir
Qobuz







Eurovision 2018: pourri ou pas ?

Et si le représentant de l’Irlande au prochain concours international de l’Eurovision qui se déroulera à Lisbonne en mai 2018 n’était autre que… John Lydon alias Johnny Rotten ! La folle rumeur qui monte, qui monte, qui monte, indiquerait que l’ex-chanteur des Sex Pistols travaillerait actuellement avec l’auteur Niall Mooney à une chanson d’esprit « country punk » intitulée Please To Meet You. Le tandem la proposerait au comité de sélection irlandais. John Rambo Stevens, le manager de John Lydon, a confirmé que son client participera bien à l’Eurovision si la chanson est sélectionnée. Dans une interview accordée à l’Irish Sun, Lydon a déclaré : « Ce serait un immense honneur pour moi de représenter l’Irlande au concours de l’Eurovision. » Même s’il est né à Londres, l’ex-Pistols est le fils de John Christopher Lydon et Eileen Barry, deux Irlandais catholiques…







Rihanna à la rue

La Westbury New Road se situe dans la ville de Bridgetown. Dans cette rue de la capitale de la Barbade vécut durant seize ans une certaine Rihanna. Le gouvernement de l’île vient de changer ce nom de Westbury New Road en Rihanna Drive ! Le 30 novembre, la star était même présente à la cérémonie de ce changement de nom. Dans son discours, le Premier Ministre de la Barbade n’y est pas allé par quatre chemins : « Le 20 février 1988, le jour où Rihanna est née, la Barbade a changé socialement, politiquement et économiquement. Rihanna est devenue l’une des plus grandes icônes du XXIe siècle. »







La chute de James Levine

Sans surprise, l’affaire Weinstein ne pouvait se limiter aux frontières d’Hollywood et du 7e Art. Première victime de taille de la classicosphère, James Levine. Le chef d’orchestre américain désormais âgé de 74 ans, accusé d'agression sexuelle, a en effet été suspendu par le Metropolitan Opera de New York, dont il était directeur musical honoraire. Dans un communiqué, Peter Gelb, directeur-général du Met, a annoncé que Levine ne sera plus à l'affiche cette saison et qu'un ancien procureur avait été engagé pour faire la lumière sur les accusations portées contre lui. Au terme de la saison 2015-16, James Levine, atteint de la maladie de Parkinson, avait pris sa retraite officielle, après quatre décennies au sein du Met. Mais il restait jusqu'ici directeur musical honoraire de l'institution new-yorkaise. Il lui arrivait également de revenir y diriger comme ce fût le cas samedi pour sa dernière prestation avec le Requiem de Verdi… « En se fondant sur ces nouvelles informations, le Met a pris la décision d'agir dès maintenant, en attendant les résultats de l'enquête, a déclaré Gelb. C'est une tragédie, pour tous ceux dont la vie a été affectée. »

En 2016, un rapport de la police de l'Illinois avait fait état de ces accusations, mais « James Levine avait affirmé qu'elles étaient totalement fausses et nous nous en étions remis à l'enquête de la police », précise la direction du Met. Selon le New York Post, le procureur local n'aurait retenu aucune charge. Ces accusations ne peuvent pas faire l'objet de poursuites judiciaires, car le délai de prescription pour un crime sexuel sur mineur dans l'Etat de l'Illinois est dépassé de neuf ans… Baisers, attouchements sexuels, caresses et cadeaux : les faits auraient débuté en 1985 quand la victime présumée avait 15 ans et le chef d'orchestre 41, et se sont poursuivis jusqu'en 1993, selon le Post mais aussi le New York Times. « Nous sommes profondément troublés par les articles de presse sur James Levine », avait réagi samedi le Met Opera, affirmant conduire « une enquête pour déterminer si les accusations d'agressions sexuelles sont vraies afin de prendre les mesures appropriées ».






Jarvis hors antenne

Depuis janvier 2010, Jarvis Cocker anime une émission hebdomadaire très prisée sur 6Music, une station de la BBC. Lorsque le studio ou les tournées appellent le leader de Pulp, il s’autorise des breaks sauf que cette fois le show touche vraiment à sa fin. La BBC a officiellement annoncé que Jarvis animerait cinq dernières émissions avant de raccrocher le 31 décembre prochain. Le chanteur a déclaré : « Ça n’est pas un au revoir, c’est juste un adieu. Nous voulions faire ça proprement aussi il y aura encore cinq émissions spéciales. » Paul Rodgers, directeur de 6Music, a affirmé que l’émission de Jarvis Cocker était comme un briseur de moule. « Il restera un membre important de la famille 6Music et nous avons hâte de travailler à nouveau avec lui sur de futurs projets. » L’actualité du leader de Pulp ne s’arrête pas là puisque Jarvis Cocker sera le narrateur d’une grande exposition consacrée au groupe Abba au Southbank Centre de Londres, entre le 14 décembre et le 29 avril 2018.







Freddie Mercury, quel cinéma !

Une véritable Arlésienne que ce biopic sur Freddie Mercury ! Alors que Rami Malek (l’acteur révélé par la série Mr Robot) doit incarner le charismatique chanteur du groupe Queen et que Bryan Singer (réalisateur de Usual Suspects et de X-Men) tiendra la caméra, la production a révélé que le tournage avait été interrompu ! Elle a juste précisé que Singer, « pour raisons de santé », était désormais indisponible… En 2010, Sacha Baron Cohen avait été le premier acteur et réalisateur sélectionné pour ce biopic produit par Brian May, le guitariste de Queen. Mais la vision artistique assez libre et libertaire de celui connu pour son personnage trash de Borat était à des années-lumière de celle de May plutôt... lice ? « Brian May est un incroyable musicien mais pas un grand producteur de film, » avait déclaré Cohen lorsque les deux parties décideront de mettre fin à leur collaboration…







Les 365 derniers jours de Prince

Channel 4 annonce un nouveau documentaire consacré à la dernière année de Prince. Sobrement intitulé Prince’s Last Year et réalisé par Adrian Sibley, le film proposera des interviews inédites (notamment de George Clinton, du révérend Al Sharpton et de Cee-Lo Green) et des extraits des derniers concerts de la star morte subitement à 57 ans. Des images provenant du Piano & a Microphone Tour mais aussi d’un concert privé donné à la Maison Blanche en 2015. Sur la consommation de Prince de médocs et anti-douleurs en tous genres et sur ses derniers heures, le documentaire comprendra également des révélations d’amis comme Van Jones, Andy Allo et Eryn Allen Kane. Channel 4 n’a pour l’instant communiqué aucune date de diffusion de Prince’s Last Year.







Il était une fois Shadia…

Plus de cent films et une dizaine de séries télévisées, elle était une icône égyptienne. Shadia s’est éteinte le 28 novembre 2017 à l’âge de 86 ans. D'abord chanteuse, celle qui naquit Fatima Ahmad Kamal le 8 février 1931 au Caire restera comme une véritable star de l’âge d’or du cinéma égyptien durant les années 50. Des films dans lesquels Shadia poussait évidemment la chansonnette comme un irrésistible rossignol. Comme ici, avec Aa’la Esh El Hob, l’un de ses grands tubes extrait d'El Zawga El 13, un film de 1962 :







La Seine Musicale perd sa tête ?

Quelques mois seulement après l’inauguration de la Seine Musicale, Jean-Luc Choplin serait déjà sur le départ ! Le président artistique de la salle jetterait l’éponge car insatisfait des budgets alloués pour la production de nouveaux spectacles. Choplin a en effet été embauché au regard de ses flamboyants faits d’arme au Théâtre du Châtelet, pour la plupart de belles et populaires comédies-musicales comme Candide de Leonard Bernstein, My Fair Lady de Lerner & Loewe, La Mélodie du bonheur de Rodgers & Hammerstein, Sweeney Todd de Stephen Sondheim ou bien encore Monkey, Journey To The West de Damon Albarn. Or, le financement de ces productions semble plus complexe à monter dans la nouvelle salle de l'Ile Seguin qu’à Paris.

Comme l’écrivait Ariane Bavelier, le 28 novembre dernier, dans les colonnes du Figaro, la « Seine musicale a été construite dans le cadre d'un partenariat public privé qui inclut le conseil départemental des Hauts-de-Seine et la STS, où TF1 et Sodexo sont les principaux décisionnaires. Le conseil départemental loge ses forces artistiques, mais ne délivre pas de budget de création. STS n'en donne pas d'avantage, elle se contente de produire. Aucune politique artistique ne peut vraiment se dégager. Patrick Devedjian, le président LR du conseil départemental, a financé la Seine Musicale pour créer un grand pôle culturel à l'Ouest. TF et Sodexo ne nourrissent pas cette ambition. Il y a une obligation dans le cadre du PPP de produire pour STS. Mais quoi et sur quel modèle ? Produire n'est pas créer. Les coûts d'une production style Choplin, dans un format « non subventionné », posent alors problème. »

Ces questions budgétaires étaient déjà le quotidien de Jean-Luc Choplin lorsqu’il officiait au Châtelet et ses bras de fer avec la Ville de Paris furent plus qu’intenses. Sauf que tout était bien qui finissait bien… Enfin, cette nouvelle « affaire » rouvre un autre débat, celui du nombre des salles de concerts à Paris et dans ses environs. Un vieux serpent de mer qui avait refait surface au moment de l’inauguration de la Philharmonie de Paris. En effet, cette Seine Musicale n’est pas l’ultime lieu culturel de l’Ouest parisien puisqu’un autre projet de taille vient lui aussi de voir le jour, il y a quelques semaines : la U Arena de Nanterre…







Grand Ole Opry, direction New York !

Le Grand Ole Opry de Nashville est un peu la Mecque de tous les fans de country. Un lieu sacré qui vient de faire un petit en plein New York ! Au n°1604 de Broadway, au niveau de Time Square, l’Opry City Stage vient d’ouvrir ses portes. Sur quatre étages, le lieu propose salles de concert, restaurants et magasins de souvenirs. Les concerts débuteront en janvier 2018, principalement au 4e étage où se situe The Studio, principale salle de ce vaste complexe dédié à la country music.






Vous aimez QIBUZ ? Vous pouvez nous adresser vos tuyaux pas percés, informations, commentaires ! Écrivez-nous à : qibuz@qobuz.com

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters